Atelier d'écriture à la maison

atelier ecriture
 

Atelier d'écriture à la maison n°1

Atelier d’écriture à la maison n°1.
Si le cœur vous en dit voici une proposition d’écriture à faire à la maison durant la période de confinement

En suivant la proposition de la grande lessive « fleurir ensemble », (et pour rejoindre Patricia qui en publie un par jour, et oui!) je vous propose un atelier haiku.
Voici une liste de mots que vous pouvez inclure dans vos haïku: éclore, s’épanouir, bourgeonner, boutonner, briller, croître, embellir, enjoliver, enrichir, grandir, imager, orner, parer, pigmenter, se développer, se former, se propager…

Petit rappel le haïku est un court poème japonais de 17 syllabes (3 vers de 5, 7 et 5 syllabes), un poème des choses banales de la vie quotidienne, des bonheurs minuscules.

Pour l’inspiration :

« Un champ de colza
les moineaux font mine
de contempler les fleurs »

Matsuo Bashô

N’hésitez pas à partager vos écrits sur les réseaux et/ou à me les envoyer par mail

Atelier d'écriture à la maison n°2

Voici la proposition atelier d'écriture à la maison n°2:
Je vous invite à poser un autre regard sur les objets qui vous entourent.
Essayez de décrire le plus justement possible, la chose la plus simple, voir banale. Vous pouvez interroger votre rapport à l’objet, mais aussi lui prêter des sentiments (joie, tristesse, désir, rivalité, jalousie…) et lui donner la parole.
Petite référence à trouver sur internet :
« Le parti-pris des choses » Francis Ponge.
Selon Ponge, les poètes sont « les ambassadeurs du monde muet »

N'hésitez pas à partager vos écrits ou me les envoyer par mail.

Atelier d’écriture à la maison n°3

« Listes et inventaires »
Je vous propose de faire un inventaire sur un thème défini: une accumulation concernant les bruits de notre environnement quotidien ou encore les programmes télé, les aliments dans la cuisine, liste de courses ou plus poétique... à vous de trouver, chacun décide d’un thème d’accumulation qui lui est personnel. Vous pouvez y insérer un élément incongru, ou déstabilisant… un petit intrus qui se fait à peine remarquer.
Et dans un deuxième temps, la demande supplémentaire : chaque accumulation, devient progressivement un texte autonome. Essayez de percevoir, à mesure qu’on avance dans l’accumulation, ce point qui fait glisser de l’accumulation au texte, presque au bord de devenir une histoire (tout en respectant le principe de l’accumulation).
Quelques références :
«Je me souviens» de Perec
«J'aime, je n'aime pas» de Barthes
« L’Inventaire » de Prévert (dans Paroles)
et bien d'autres...
N'hésitez pas à partager vos écrits ou me les envoyer par mail.

Atelier d'écriture à la maison n°4

Puisque l’incertitude, mais également l’espoir se trouvent dans le conditionnel...
Prenez un livre que vous aimez ou que vous lisez actuellement et ouvrez le à une page au hasard, vous lisez la page une première fois pour profiter du texte, puis lors d’une seconde lecture, vous choisirez trois phrases (ou morceaux de phrases). Vous les conjuguerez au conditionnel.
Prenez l’une de ces phrases conjuguées, elle deviendra l’attaque de votre texte. Puis, vous vous laissez porter pour écrire la suite, peut-être pour dire vos incertitudes (et vos espoirs) nés pendant ce confinement et/ou sur l’après confinement.
Reférences :
Antoine Emaz « On pourrait... », extrait du receuil « Peau ».
« On pourrait mettre de la musique, ouvrir l’écran,parler à quelqu’unOn pourrait…. »
Jean Tardieu
« Si j’avais un verre d’eau je le ferais geler etje le conserverais sous verre »« Si je partais sans me retourner, jeme perdrais bientôt de vue. »